String art

Spread the love

Il y a les kits de string art, clef en main et le string art libre pour être libre dans le choix de son format et de son dessin.

Quelques conseils pour s’y mettre dans de bonnes conditions :

Le bois

  • Choisir un bois souple pour que planter les clous ne deviennent pas un travail d’Hercule. Le bois souple est un bois d’une essence qui a poussé rapidement et n’a pas eu le temps de former des noeuds et des cercles de croissance bien dur !
  • J’ai testé :
    • le pin : modérément souple et dur quand on tombe sur un petit noeud
    • le sapin : plus souple
    • le tilleul : pas mal du tout ! mais curieusement difficile à trouver dans les magasins de bricolage
    • le balsa : c’est le bois utilisé pour les maquettes et le modélisme, c’est le bois parfait mais difficile à trouver avec la bonne épaisseur et les bonnes mesures
  • Finalement, ce sera le sapin à la coupe en boutique de bricolage et des planches balsa vierges de bonnes dimensions chez un fournisseur d’accessoires pour loisirs créatifs

Les clous

  • Des clous à tête plate pour que le fil ne s’échappe pas par le haut et bien choisir la taille ! J’ai opté pour :
    • diamètre 1,2 et longueur 18 mm : clou résistant qui résiste au marteau quand ça devient difficile
    • diamètre 1 et longueur 15 mm : clou idéal pour le balsa bien bien souple mais qui se tord trop facilement à la moindre résistance du bois
    • les diamètres au dessus de 1,4 ont des têtes trop grosses et sont difficiles à planter

Le dessin

  • A main levée directement sur le bois avec un crayon de papier qui sera gommé une fois les clous plantés
  • A partir d’un dessin imprimé :
    • on pose le dessin sur la planche de bois et on pose les clous directement. La feuille sera ensuite enlevée en la déchirant
    • on perfore le dessin en premier avec une grosse aiguille à laine, puis, avec une pointe de feutre, on viendra marquer le bois à travers les petits trous de la feuille. Les marques de feutre disparaitront après le plantage des clous
  • Et bien sûr, plus le dessin est grand et sophistiqué et plus il y aura de clous à planter 🙂

Le cloutage !

Je m’équipe d’un marteau de préférence pas trop lourd (il y beaucoup de clous à planter !), d’une pince droite et d’une petite pince monseigneur. Mes conseils pour ne pas terminer avec des doigts tout endoloris :

  • je tapote sur mon clou pour qu’il tienne droit
  • je le maintien avec ma pince droite et là PAF ! je peux donner un grand coup de marteau. De cette façon je ne me blesse pas et je n’enfonce pas trop mon clou qui sera retenu par la pince
  • je commence à planter de droite à gauche et de haut en bas. Pourquoi ? Pour laisser de la place à ma main gauche qui manipule la pince droite (.. le contraire si je suis gaucher)

A la fin du plantage, je peux donner des coups de marteau sur l’ensemble des clous pour s’assurer qu’ils sont bien plantés et harmoniser les profondeurs de plantage. Je vérifie que les têtes sont droites : je retire les clous « ratés » avec la pince monseigneur et il ne reste plus qu’à jouer avec le fil.

J’ai utilisé du fil de coton taille 1,5 pour plus de finesse. On commence par faire un noeud autour du clou de démarrage et j’ai terminé l’ouvrage en nouant à l’aide d’une aiguille pour pouvoir maintenir le fil en place.

Bonne récréation ! et pour venir vous détendre en atelier créatif à Paris-Batignolles, c’est par ici :

>>> Ateliers créatifs de Capitanne Crochet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.